L’expertise de Maud Ravier ne se limite pas uniquement au maquillage permanent. Avec la dermo-esthétique correctrice, vous avez l’opportunité de changer la vie de votre cliente.

PREMIÈRE ARÉOLE MAMMAIRE…

Comme n’importe quelle esthéticienne, à force de voir ses clientes tous les mois, pendant des années, forcément, on finit par s’attacher à elles. Il y a quelques années, l’une de mes très chères clientes m’a annoncé qu’elle avait un cancer. Elle est passée par toutes les étapes : chimio, mastectomie, reconstruction. Son chirurgien voulait que son assistante lui réalise une pigmentation de l’aréole : elle a préféré que ce soit moi qui le lui fasse. Je ne connaissais pas encore la technique à l’époque et, pour lui offrir un beau résultat, j’ai suivi une formation auprès de Toni Belfatto : ce fut une révélation ! C’est magique de pouvoir aider une femme à se reconstruire, et grâce à cette technique, je peux leur changer la vie, vraiment.

L’ARÉOLE MAMMAIRE ET BIEN PLUS…

Grâce aux techniques de correction, nous pouvons reconstruire une aréole mammaire en 3D mais souvent les mastectomies laissent de cruelles cicatrices : en bas du ventre, au niveau du grand dorsal après une greffe de peau pour reconstruire le sein… Avec le programme Life Repair, nous pouvons nettement améliorer une cicatrice. Ainsi, une cicatrice blanche (car les mélanocytes ont été abîmés pendant la chirurgie) deviendra invisible une fois pigmentée. Lors d’une radiothérapie, le médecin tatoue trois points noirs pour déterminer la zone où le laser doit pointer,  qui resteront là à vie. Repasser de l’orange sur ces points  pour les transformer en grain de beauté ou en tache de rousseur est un rêve pour beaucoup de clientes, car elles finissent par ne plus voir que ça sur le décolleté. D’autre part, le cancer ne concerne pas que l’aréole mammaire, il y a aussi les sourcils, les yeux qu’il faut idéalement pigmenter avant que la chimio ne débute.

POURQUOI UNE FORMATION SPÉCIFIQUE EST ESSENTIELLE ?

Notre clientèle est constituée à 60 % de femmes qui ont été malades, elles ont été opérées, le sein a été retiré, elles ont été reconstruites, il ne reste plus qu’à redessiner le mamelon en 3D et mettre de la couleur. Dans 40 % des cas, nous accueillons des femmes qui ont un dessin de mamelon qui a été mal exécuté et doit être corrigé ou tout simplement le dessin n’a pas tenu parce que la professionnelle n’avait pas la formation adéquate. La dermo-esthétique correctrice est une vraie technique et elle n’est pas simple : beaucoup de techniciennes formées au maquillage permanent ont la prétention de dire qu’elles sont capables de faire du réparateur… Avoir une expertise, ce n’est pas réaliser une ou deux prestations en maquillage permanent correcteur par an ! Pour de la correction, la technique et l’approche de la peau sont complètement différentes, il y a plusieurs facteurs importants à prendre en compte. Par exemple, si on a retiré les ganglions lymphatiques de la cliente, cela signifie qu’elle a une très mauvaise cicatrisation, elle a des gros risques d’infection, une peau irradiée aura besoin de trois semaines à un mois pour cicatriser au lieu d’une semaine pour un sein en bonne santé, il faut le savoir… On ne se lance pas dans la pigmentation correctrice sans une formation spécifique.

LE MAUVAIS ACCUEIL DES FEMMES MALADES EN INSTITUT

J’ai trop souvent entendu des femmes, ayant été malades et qui allaient en institut pour prendre soin d’elles, se sentir très mal à l’aise lorsqu’elles se sont déshabillées : l’esthéticienne est partie, elle a refusé le massage car la cliente était, selon elle, encore malade, les cicatrices l’impressionnaient alors elle ne voulait aucun contact… C’est extrêmement violent pour les clientes car la maladie est derrière elles, mais les esthéticiennes ne sont pas formées.
En tant qu’esthéticiennes, nous savons que nous ne devons pas travailler le système lymphatique d’une cliente qui est ou a été sous-chimio, mais renseignezvous sur ce qu’est une mastectomie : vous devez aller vers cette femme, ne surtout pas vous mettre en retrait. Si une jeune esthéticienne se retrouve face à une cliente qui retire sa perruque, cela peut créer un malaise. C’est donc aux gérantes, aux esthéticiennes d’expérience de former et d’informer, mais les écoles devraient, elles aussi, aborder l’approche psychologique en cabine avec une cliente qui est ou a été malade qu’il s’agisse du cancer ou d’une autre maladie.

LA RECONNAISSANCE DES MÉDECINS

Aujourd’hui, le programme Maud Life Repair, qui réunit les techniques de dermo-esthétiques exclusives pour corriger durablement les cicatrices, marques disgracieuses de la peau, et recréer
les aréoles mammaires, attire de nombreuses clientes et, surtout, c’est ainsi que j’ai gagné la confiance de très nombreux médecins et chirurgiens. Je collabore avec l’Institut Français du
Sein avec Marc-David Benjoar qui m’accueille régulièrement dans son bloc, avec le Dr Zarka et aussi le Dr Alain Toledano qui dirige l’Institut Rafaël, une association qui offre des soins pour toutes les personnes en reconstruction. J’y ai une cabine à l’année où je travaille bénévolement. Christine Salaun-Chevalier du Fonds de Dotation EREEL nous envoie toutes ses «violettes» que l’on reconstruit gratuitement dans les différentes Académies Maud, dans le cadre du programme Souffle de Violette. J’ai été invitée au Congrès annuel de Gynécologie à Paris, quelle fierté après des études d’esthétique, d’apprendre des choses à des médecins ! C’est une vraie reconnaissance de l’univers esthétique par le monde médical, nous sommes reconnues pour notre expertise qui va au-delà des «papouilles». J’aurais rêvé d’être chirurgien esthétique, maintenant je touche du doigt ce milieu passionnant. La relation médecin/esthéticienne Cette prestation contribue à ouvrir le dialogue avec le monde médical pour que les médecins incitent leurs patientes à faire du drainage, avant ou après une intervention par exemple, plutôt en institut de beauté que chez le kiné. Une passerelle est en train de se mettre en place entre ces deux univers, un climat de confiance s’instaure. Les médecins sont en train de comprendre qu’en esthétique, il y a des passionnés, des femmes sérieuses, l’époque où l’esthétique n’était représentée que par de jolies jeunes filles qui aimaient juste la beauté est révolue. Et j’espère qu’un jour, l’esthéticienne française pourra réaliser autant de prestations que ses consœurs internationales.

OCTOBRE ROSE 2020

Comme l’année dernière, à l’occasion d’Octobre Rose, durant tout le mois d’octobre nous offrons les prestations d’aréoles mammaires 3D aux femmes qui ont subi un cancer du sein. En 2019, nous avons ainsi réalisé une cinquantaine d’aréoles.

MAQUILLAGE PERMANENT VS PIGMENTATION CORRECTRICE

La dermopigmentation correctrice n’a rien à voir avec le maquillage permanent classique qui est dans la légèreté, l’artificiel : certes il a tout son charme parce que c’est formidable d’embellir une personne mais ça n’a rien à voir avec la profondeur de la correction. Le moment que je vis avec une cliente lors d’une pigmentation correctrice comme celle des aréoles mammaires est d’une incroyable émotion, ça n’a pas de prix…
Les professionnelles qui se forment au maquillage permanent correcteur sont généralement des esthéticiennes qui ont passé la trentaine et qui ont eu des cas de cancer dans leur entourage. Elles ont envie de se sentir utiles, essentielles, au-delà de l’esthétique pure. Personnellement, la dermopigmentation correctrice a redonné un véritable élan à mon travail, c’est une passion supplémentaire dans mon quotidien.

LES PIGMENTS DE TATOUEURS SONT RÉSERVES AUX TATOUEURS

Les pigments de tatoueurs devraient être interdits en esthétique! Si vous piquez votre cliente avec des pigments de tatoueurs, cela signifie que vous lui insérez dans la peau
quelque chose de définitif et qui peut virer au vert, au bleu, à des couleurs abominables. Les flacons de tatoueurs ont des contenances importantes de 50 ou 100 ml, inévitablement, ils sont utilisés pour plusieurs prestations, comment garantir la stérilité des produits à votre cliente dont la peau est déjà extrêmement faible après avoir été irradiée?
Autre problème grave, ces pigments sont saturés en métaux lourds: laque, résine pour que le tatouage reste à vie. La laque et la résine finissent par se déplacer dans les ganglions lymphatiques et lorsque la cliente fait des échographies après son cancer, des taches noires apparaissent souvent, impossibles de déterminer si c’est le tatouage ou le cancer qui revient. Dans le doute, la cliente doit subir une nouvelle opération qui est donc parfois inutile… Le maquillage permanent correcteur est un métier qu’on ne doit pas prendre à la légère.